Plaidoyer pour le maïs

Par Christian Pees le 22 Mar 2015

Le maïs est-il économe en eau (à Sivens et ailleurs) ? Tel est le titre d’un article que j’ai lu récemment sur internet. Il s’emploie a démontrer que les arguments des défenseurs du maïs sont erronés et inexacts. Pour compléter le débat voici donc quelques arguments et sources que l’on peut qualifier « d’objective ».

 Argument n° 1, le maïs consomme de l’eau. C’est vrai comme toutes les plantes le maïs a besoin d’eau, mais selon le CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique) le maïs pour le fourrage et le maïs grain font partie des plantes qui consomment le moins d’eau pour produire 1kg de matière (1).

 Argument n°2, le maïs consomme de l’eau massivement l’été et doit être irrigué. Il s’agit d’une plante qui pousse l’été, elle a donc besoin d’eau à cette période. Dire qu’elle doit être massivement irriguée est en revanche inexact. Selon une étude d’Agreste 25 % des surfaces de maïs sont irriguées (2) un chiffre d’ailleurs en baisse constante depuis 20 ans. Les 75% restant sont conduites uniquement avec les eaux de pluie.

 Argument n°3, Cette ressource diminue. C’est exact mais elle reste suffisante si nous la stockons. Si je prends l’exemple de l’Aquitaine, Le Ministère de l’Écologie estime qu’en 2012 il a plu l’équivalent de 12 milliards de m3 de pluies efficaces (3). Cette même année les besoins en agriculture étaient de 47 millions de m3 d’où l’importance de retenir l’eau de pluie en hiver.

Dernier élément, le maïs absorbe plus de co2 et rejette plus d’oxygène que la plupart des autres plantes un hectare de maïs produit ainsi 2 fois plus d’oxygène qu’un hectare de forêt.

Pour la FAO le maïs est considéré comme essentiel à la sécurité alimentaire mondiale

Cette opposition au maïs est un débat très Franco-Français. L’image de cette plante est associée à « l’impérialisme » Américain, aux multinationales qui veulent vendre à tout prix des OGM. Ailleurs dans le monde, on a bien compris l’intérêt du maïs. Son apport en protéines et glucides est utile pour l’alimentation humaine et animale. La Fao (Organisme des Nations Unies) considère le maïs, le blé ou le riz comme essentiel à la sécurité alimentaire mondiale (4).

Contrairement à ce qu’affirme les opposants au maïs, il va falloir produire plus dans les années qui viennent. A moins de vouloir stopper la progression démographique, nous devons relever ce défi en produisant davantage et mieux, en améliorant l’innovation, les pratiques agricoles, les variétés plus adaptées au réchauffement climatique.

En Afrique plus de 300 millions d’Africains consomment du maïs. Le programme « maïs économe en eau pour l’Afrique » (WEMA) a été lancé dans plusieurs pays. (5) L’objectif est d’améliorer la résistance du maïs aux maladies, au manque d’eau et à encourager une agriculture durable. A la question posée, oui le maïs est économe en eau et n’en déplaise à ses détracteurs, il a un bel avenir devant lui.