Le mois de juin sera t-il marqué par un accord sur la réforme de la politique agricole commune ?

Par Christian Pees le 10 Juin 2013

Sans accord lors du sommet des Chefs d’Etat fin juin, je crains que l’incertitude politique et économique fragilise encore plus l’agriculture européenne.  

Des élections vont avoir lieu en Allemagne et en Italie en 2013. Nous devrons élire un nouveau parlement européen en 2014. Autant dire qu’aucune décision ne sera prise à l’échelle européenne avant 2015. C'est pour cela que je souhaite que l'on trouve un bon accord.

Il y a urgence .  Nos principaux partenaires commerciaux, la Chine, les Usa, la Russie et le Brésil ont des objectifs stratégiques clairs pour leur secteur agricole et agroalimentaire. Le marché mondial est en pleine expansion et présente de nombreuses opportunités. Mais pour tirer avantage de cette situation, nous avons besoin d’une vision claire de l’avenir du secteur agroalimentaire européen. Nous devons utiliser cette réforme de la pac pour renforcer le poids économique des agriculteurs.  Ne plus dépendre uniquement des aides directes, mais soutenir la position des agriculteurs au sein de la chaine alimentaire. Il n’est pas normal que les agriculteurs soient si peu rémunérés par rapport au produit fini.

Pour cela,  il faut permettre aux coopératives d’avoir une position forte sur le marché mondial en encourageant leur expansion et en favorisant leur création. Malheureusement, ce qui est proposé dans cette réforme manque d’ambition. Nous n’aurons pas assez d’outil pour réguler le marché et éviter ainsi que l’agriculture subisse en permanence la volatilité des prix. Nos partenaires commerciaux  ont mis en place ces outils.  Il ne reste plus que 15 jours aux négociateurs pour obtenir un accord. Je crains que le marchandage et le saupoudrage pour aboutir à un accord ne prenne le pas sur une vraie ambition européenne.