La Chine, pays de la D.E.M.E.S.U.R.E !

Par Christian Pees le 22 Oct 2006

Fin septembre en Chine, ma première impression va perdurer tout mon séjour : ici pas de ciel bleu mais partout un brouillard enfumé. De Shangaï, à Shendu ou Pékin, sur la bande littorale ou à Ynichuan, aux confins du désert de Gobi, la pollution voile le ciel chinois… Et pas seulement le ciel : étangs, retenues, fleuves… partout, je n’ai vu que de l’eau saumâtre et souillée. D’ailleurs, celle du robinet n’est pas potable, apparemment, les Chinois ne s’en moquent et affirment qu’elle le deviendra quand ils l’auront décidé. J’ai bien peur que l’eau soit l’un des grands défis que la chine va devoir relever urgemment : suite à des pompages forcenée, le fleuve jaune n’arrive plus à la mer en été !Ynichuan : autre preuve de démesure ! Les Chinois y ont déjà transformé plus de 4 000 ha de désert en sol agricole. La végétation sauvage se développe grâce à la pose de treillis de fagots de paille. Suivent des plantations de riz, fruitiers, légumes… et la création d’infrastructures : route, et irrigation avec l’eau… venant du fleuve Jaune.Mais, j’ai aussi rencontré des agriculteurs vivant sur des fermes d’1 ha de terre, quelques vaches et des ressources autour d’1 dollar par jour. Le contraste est énorme avec la vie à Shangaï ! La Chine va devoir gérer cette disparité excessive sous peine de voir apparaître des troubles sociaux majeurs.