Bouleverser l’enseignement pour réussir la 4ème révolution industrielle

Par Christian Pees le 2 Avr 2015

Une imprimante 3D géante capable d’imprimer des immeubles et des habitations, des chariots autoguidés dans les usines, des robots qui sont connectés entre eux, ceci n’est pas de la science-fiction mais d’ores et déjà la réalité.

L’usine 4.0 et la numérisation de l’économie existent déjà. J’ai participé récemment à Bruxelles à une conférence sur l’incidence de la digitalisation sur les entreprises et la société. Cette 4ème révolution industrielle est assurément une chance pour notre économie si nous savons prendre ce virage. Mais cela peut aussi creuser le décalage entre une France qui innove et une autre qui subit la désindustrialisation.

Pour relever ce défi il faut avoir des jeunes générations bien formés et efficaces, l’Éducation Nationale doit s’adapter et effectuer elle aussi une révolution. Il y a urgence.

Selon l’OCDE, (Organisation de Coopération et de Développement Économiques) le taux d’accès à l’enseignement supérieur après le bac est de seulement 40% en France contre 60% pour la moyenne de l’OCDE. Des pays comme les Etats-Unis, le Royaume-Uni ou la Lettonie ont un taux d’accès proche de 80%. Dans ce classement nous sommes à la 32ème place sur 39 pays (1).

Etre plus participatif dans le partage du savoir

Face à un tel constat, il est temps de faire la révolution de l’enseignement. Arrêtons de croire que nos enfants doivent connaitre toutes les dates, toutes les formules. Faisons en sorte que l’on forme des citoyens ayant des bases solides sur les enseignements majeurs, qu’ils puissent mieux comprendre la société et l’appréhender plus sereinement.

Pourquoi ne pas associer les élèves ou les étudiants à la manière d’enseigner ce savoir en étant plus participatif, plus collaboratif dans la prise d’initiative. Il ne s’agit pas d’inverser les rôles mais de montrer à tous les élèves l’intérêt de l’enseignement .Cela demande une vraie remise en cause, mais si l’on veut avoir des générations bien formées ayant des bases solides pour être efficaces dans une société qui se complexifie cela passe par ce changement.

Par ce type d’enseignement, on préparerait les jeunes aux défis et aux opportunités qui s’offrent à eux.  En agissant ainsi, il me semble que l’on éviterait que toute une population soit délaissée, oubliée et tentée par des solutions politiques extrêmes.