Alerte à l’Assemblée Nationale

Par Christian Pees le 21 Jan 2016

Une centaine de journalistes accrédités, la salle des quatre colonnes de l’Assemblée Nationale en pleine effervescence, les chaines d’infos en « breaking news » tout l’après-midi, des débats à ne plus en finir sur les chaines de radios : quelle est donc cette personnalité qui a monopolisé toute l’attention de la France et des médias ce mardi 19 janvier 2016 ? Pamela Anderson.

Pour les moins de 20 ans son nom ne doit pas évoquer grand chose, pour les quadras homme il doit rappeler quelques souvenirs de jeunesse. Dans les années 90′ Pamela sauvait des vies sur les plages de Malibu aux Etats-Unis. Depuis, elle s’est donnée pour mission de sauver les animaux et de leur éviter toute souffrance. Noble cause qui au passage est partagée par une majorité d’éleveurs qui ont le souci permanent d’éviter de faire souffrir leurs animaux.

 

Ce jour là, Pamela Anderson est donc venue apporter sa caution à une proposition de loi visant à supprimer le gavage des oies et des canards. Cette proposition d’un député vert ne fait pas l’unanimité à commencer par les Verts eux mêmes. Elle tombe au moment où toute la filière canards connaît une crise sans précédent avec des mesures radicales pour éradiquer l’influenza aviaire. C’est toute une filière qui s’inquiète pour son avenir et qui se pose des questions pour la suite.

 

Mais l’opération de com est réussie : plus de trois cents articles consacrés à « l’événement ». Une méfiance qui se distille progressivement dans l’opinion, libre antenne pour dire tout et n’importe quoi, affirmer des choses hallucinantes, plus c’est gros et plus ça passe.

 

Au final, que retenir de cette couverture média exceptionnelle ?

 

Pas grand chose. Les « antis » sont toujours « antis », les « pros » restent « pros » et les autres sont passés à autre chose. Le buzz a marché et j’ai bien conscience qu’en écrivant ces lignes j’y contribue moi aussi à ce fameux buzz.

 

Pour terminer ce post, je reprendrai quelques lignes d’un édito de Jérome Béglé, Rédacteur en Chef du Point qui consacrait un article à cette venue. « En quelques coups de com, on aura transformé un secteur dynamique exportateur et identitaire de notre pays en filière en crise subventionnée et talonnée par des concurrents motivés, par des responsables politiques moins masochistes, paranoïaques et destructeurs. Est-ce cela, le rêve français ? »